QU'EST CE QUE LE PASHMINA ?

Récolté en haute altitude, le pashmina est la variété la plus noble du cachemire, le plus ancien et le plus luxueux.

Il est issu du duvet d'hiver de la chèvre Changra, là où il est le plus fin et le plus doux : au niveau du cou et du ventre. Ce duvet de « pashm » est une sorte d'hyper cachemire que la chèvre ne produit que dans des conditions extrêmes, c'est à dire au delà de 4500 m d'altitude. Il n'est donc récolté que sur les contreforts de l'Himalaya, notamment au Ladakh.

Une chèvre produit environ 150g de pashmina par an. Au printemps lorsqu'elle perd son duvet d'hiver, elle est peignée de manière à recueillir les poils les plus soyeux, les plus fins et les plus longs, garantie de qualité.

Tandis qu'une fibre de cachemire a un diamètre inférieur à 19 microns, le pashmina est plus fin : moins de 15 microns.

Toutefois il est intéressant de remarquer que cette définition, issue de la tradition, n'a aucune valeur légale du fait que la fibre pashmina, contrairement au cachemire, n'est pas labellisée.

LE PASHMINA A TRAVERS LES SIÈCLES

Le terme pashmina vient du persan « pashmînah » qui signifie lainage issu du « pashm » le duvet de la chèvre Changra.

De tout temps la vallée du Cachemire a été renommée pour le tissage de ses châles. La laine provenait de la toison interne d'hiver des chèvres d'Asie centrale ou d'Himalaya, vivant en haute altitude.Dès l'antiquité la laine de cachemire compte parmi les produits de luxe acheminés par la route de la soie jusqu'à l'empire romain. Cette industrie, d'abord artisanale, va prendre son essor au 16ème siècle sous le règne de l'empereur moghol Akbar qui lui accorde le statut de patronage royal, favorisant ainsi un développement extrêmement qualitatif. Surtout porté par les hommes, le châle en pashmina est alors privilège des rois.

Au 18ème siècle le châle de cachemire s'exporte vers l'Europe, d'abord en Angleterre, puis en France à la suite des campagnes napoléoniennes.

Grande amatrice, l'impératrice Joséphine va alors lancer la mode du châle de cachemire, qui connaîtra un engouement non démenti tout au long du 19ème siècle. Très coûteux, il était signe de distinction sociale et pièce maîtresse des trousseaux de mariage. Il est alors lourd et richement orné, demandant des mois de travail à des ateliers entiers.

Tombé dans l'oubli au cours du 20ème siècle le Pashmina va connaître un regain de popularité dans les années 90 avec la vogue des étoles impalpables lancée par les stars d'Hollywood...

Depuis toujours ce "diamant" des laines est synonyme de Luxe.

LADAKH : La récolte du pashmina

Pour supporter les températures glaciales de l'hiver himalayen qui peuvent atteindre -50°C, les chèvres pashmina Changra développent une toison interne sous forme d'un duvet fin et épais qui double leur pelage habituel. Il est récolté au printemps en peignant l'animal de manière à recueillir les poils les plus soyeux et les plus longs, la qualité la plus fine se situant entre la partie inférieure du cou et le ventre.

Ce duvet de pashmina constitue la principale source de revenus des bergers nomades Chang-Pa qui perpétuent le mode de vie traditionnel au rythme des transhumances saisonnières à 4600m d'altitude sur les hauts-plateaux ladakhis aux confins du Tibet. Pour les protéger, le prix a été fixé par l'État indien, 3700 Rp pour 2 kg. Les fibres sont ensuite lavées et triées, puis le duvet de « pashm » est acheminé vers Srinagar au Cachemire, seule région au monde à maitriser l’art délicat de son tissage.

KASHMIR : Le Filage et le tissage du pashmina

La région du Cachemire indien a acquis depuis des siècles un savoir-faire inégalé en matière de tissage du pashmina. Cependant du fait de son instabilité politique, d'une production désorganisée et de pratiques commerciales parfois douteuses, cette région s'est vu ravir sa suprématie en terme de production par le Népal voisin qui, bien que ne possédant pas le même savoir-faire, représente un partenaire économique plus stable et plus fiable.

Le Filage du pashmina

Le duvet est d'abord filé à la main à l'aide d'un rouet, travail délicat réalisé traditionnellement par les femmes.

Le Tissage du pashmina

Le fil ainsi obtenu sera ensuite tissé à la main sur des métiers traditionnels en bois selon des techniques ancestrales. L'un des motifs les plus prisés et qui permet de réaliser les châles les plus fins est le tissage en oeil d'oiseau (Bulbul) ou à motif diamant. La laine utilisée est alors brun naturel ou crème, ce qui permettra une teinture ultérieure.

La Broderie d'un Pashmina

Le châle est ensuite teint, puis pourra être brodé, travail long, minutieux et quasi mystique, exclusivement réalisé par les hommes au rythme de chants soufis. Un châle peut également être tissé de fils colorés, en motifs de rayures, de carrés ou d'arabesques directement insérés dans la trame.

LE PASHMINA ORIGINAL ET SES IMITATIONS

L'ABSENCE DE LABEL "PASHMINA"

La principale difficulté est liée au fait que, contrairement au cachemire, la fibre pashmina n'a jamais été protégée par un label. Achetée par un industriel chinois, la marque PASHMINA est largement diffusée au moyen de ces étiquettes caractéristiques qui ne donnent AUCUNE indication de composition ou de matière.

Du point de vue légal le pashmina n'est pas une matière. La dénomination 100% pashmina de cette étiquette masque donc de manière quasi-certaine une fibre synthétique telle que la viscose ou le polyester.

Néanmoins, riche d'une tradition et d'une réputation de qualité vieille de plusieurs siècles, le terme pashmina induit dans l'esprit des consommateurs une confusion dont des commerçants indélicats peuvent abuser à loisir.

Qui n'a jamais essayé d'acheter un "vrai" pashmina au cours d'un voyage touristique en Inde ? C'est à y perdre son latin. Entre les confusions soigneusement provoquées par le vendeur entre les diverses matières et le gonflement artificiel des prix, rares sont ceux qui ramèneront un véritable pashmina sans l'avoir payé 3 fois son prix...

Un authentique Pashmina tissé main en pur cachemire de l’Himalaya sera doux, léger, infroissable et immédiatement chaud au porter.

Il présentera dans son tissage de légères irrégularités garantes de sa fabrication sur un métier manuel.

Il aura été réalisé au Kashmir exclusivement, région qui s’etend du nord de l’Inde au Pakistan. Aucun véritable pashmina n’est tissé au Népal.

Enfin il devra être étiqueté 100% cachemire et ne sera JAMAIS bon marché.

Pour éviter les mauvaises surprises il convient donc d'être très vigilant !